Monday, November 02, 2009

Une lampe allumée en hommage aux victimes du crash de Maracaibo

Quelques membres de l'Association pour les Victimes du Crash Aérien de Maracaibo se sont donné rendez-vous sur le territoire de la ville de Saint-Joseph ce vendredi 30 octobre, pour une veillée en mémoire de leurs défunts. Le lendemain, à la Joyau, Fort-de-France, une ultime cérémonie a également accompagné l'inhumation d'une urne remise lors du retour des quatre derniers corps.



Devenue une tradition, la cérémonie du 30 octobre rappelle la date de remise des dépouilles aux familles en 2005 et surtout l'office funèbre qui en a découlé. (N. D./ France- Antilles)

Entretenir la flamme pour que les dates du 29 octobre 2005, où a été remis aux familles les corps de leurs disparus et du 30 octobre, où s'était déroulé un office funèbre en leur honneur, restent à jamais dans les mémoires.

Une cinquantaine de familles des victimes s'était rendue à l'invitation du président de l'association, Olivier Bérisson, au pied de la stèle réalisée par l'artiste Hector Charpentier, et intitulée « Élévation » , pour parler de leur quotidien depuis l'accident. C'est ainsi que chacun a pu exprimer son ressenti en vers ou en prose, par le verbe ou le silence, en étant simplement là. L'émotion était toujours palpable, même quatre ans après, au moment où ils ont posé devant la stèle 160 cierges en hommage aux 160 victimes du crash. Pour toutes ces familles endeuillées, l'important est de se retrouver ainsi, d'être ensemble et de pouvoir mettre des mots sur les maux qui rongent encore l'âme au quotidien.



C'est la direction du crématorium qui a rappelé à l'Avca l'existence de cette dernière urne contenant les quatre dernières dépouilles restituées par les autorités vénézuéliennes. Offrant ainsi aux familles l'occasion de rendre un dernier hommage à leurs disparus. (J-M. E./France-Antilles)C'est la direction du crématorium qui a rappelé à l'Avca l'existence de cette dernière urne contenant les quatre dernières dépouilles restituées par les autorités vénézuéliennes. Offrant ainsi aux familles l'occasion de rendre un dernier hommage à leurs disparus. (J-M. E./France-Antilles)

Peu d'avancées juridiques

Au cours de cette veillée, l'avocate de l'association en charge de la défense des intérêts des familles, Laurence Vieyra, a entretenu les parents des victimes sur l'avancée de la bataille juridique entamée par l'AVCA, en quête de vérité (voir encadré). Tout comme le président de l'association des victimes de la catastrophe du 16 août 2005, Olivier Bérisson, maître Laurence Vieyra juge cette avancée encore bien timide. Dans la mesure où, selon elle, la vérité ne peut se faire qu'à la lumière même des conditions dans lesquelles ce voyage a été organisé. Or, poursuit-elle, pour l'heure, l'appareil judiciaire est peut enclin à se lancer sur cette voie.


De plus, toujours selon maître Vieyra plusieurs obstacles semblent vouloir sinon freiner, du moins ralentir la procédure en cours. Puisque l'appareil judiciaire accuse notamment un manque de moyens humains pour poursuivre les travaux.
160 cierges ont été déposé par une longue procession de parents ou amis des victimes du crash , pour que vive le souvenir. (N. D./France-Antilles)160 cierges ont été déposé par une longue procession de parents ou amis des victimes du crash , pour que vive le souvenir. (N. D./France-Antilles)




Après une cérémonie poignante, samedi à La Joyau, l'urne a été transportée par les membres des familles vers l'arbre du voyageur situé dans la partie paysagère du cimetière. Et avant l'inhumation, chaque membre y a déposé des pétales de fleurs. (J-M.E./ France-Antilles)Après une cérémonie poignante, samedi à La Joyau, l'urne a été transportée par les membres des familles vers l'arbre du voyageur situé dans la partie paysagère du cimetière. Et avant l'inhumation, chaque membre y a déposé des pétales de fleurs. (J-M.E./ France-Antilles)

Une dernière urne inhumée à la Joyau

Samedi matin plusieurs membres de l'Avca sont venus soutenir les familles lors de la mise en terre de l'urne contenant les cendres des quatre derniers corps restitués depuis plusieurs mois. Dans la grand salle du cimetière de la Joyau, quelques membres des familles des victimes, ont pris place pour une cérémonie dirigée par Olivier Bérisson, président de l'association.

Avec eux, un groupe de choristes est venu honorer la mémoire d'une de ces victimes qui était membre de leur chorale. « Cette urne forme une famille » , a déclaré Olivier Bérisson. Et d'ajouter qu'il y aura d'autres familles qui n'auront pas la chance de voir ni urne, ni cercueil.

source

No comments: