Wednesday, November 30, 2005

Les familles des victimes partiront dans la nuit de jeudi à vendredi

19-08- 2005
00:27:16
Les familles des 152 passagers français de l'avion colombien qui s'est écrasé mardi dans le nord-ouest du Venezuela partiront à bord de deux avions pour rejoindre Maracaibo, la ville la plus proche du lieu de l'accident, ont déclaré jeudi à Fort-de-France des sources officielles.
Affrété par les conseils général et régional, d'une capacité de 106 places et appartenant à la compagnie vénézuelienne Avior Airlines, le premier appareil quittera la Martinique dans la nuit de jeudi à vendredi à 01H30, heure locale, a précisé Daniel Marie-Sainte, vice-président du conseil régional au cours d'une conférence de presse
Le retour est prévu le soir même. Du personnel médical, des interprêtes et des élus se trouveront également à bord, soit une vingtaine de passagers.
Affrété par l'Etat, le deuxième appareil, un Boeing 747 d'une capacité de 500 places et appartenant à Air France, partira de Fort-de-France samedi matin à 05H00, heure locale, a dit le préfet de Martinique, Yves Dassonville qui avait, dans un premier temps annoncé un départ vendredi.
A Paris, le ministère des Affaires étrangères (MAE) a précisé que l'appareil décollera vendredi après-midi d'Orly avec à son bord les proches parents des victimes présents en métropole. Les passagers de ce vol auront un retour possible vers la métropole, a ajouté le ministère.
Le retour du second avion se fera samedi après-midi. Du personnel médical sera présent à bord. Une personne par victime doit embarquer mais "on est susceptible d'assouplir cette règle", a précisé le préfet.
Un certain flou a régné en Martinique depuis mercredi concernant le nombre d'avions et le jour de leur départ. François Baroin, ministre de l'Outremer, en déplacement mercredi soir et jeudi au Vénézuela pour s'entretenir avec les autorités du pays de la coordination de l'enquête sur l'accident entre Francais et Venezueliens ne parle ainsi que d'un avion, un Boeing 747.
Les élus et le préfet parlent maintenant d'"offres diversifiées" pour les familles des victimes. "'Les familles pourront choisir. Si elles souhaitent partir tout de suite, elles pourront partir dès cette nuit", a précisé le préfet.
Il a également tenu à prévenir les familles que ce qu'elles verront sur place sera difficile. "Il ne faut pas que les gens s'imaginent qu'ils vont pouvoir reconnaitre les corps de leurs proches", a-t-il dit. Cela sera un déplacement de recueillement (...) à l'hôpital universitaire de Maracaïbo mais ils ne verront pas leurs morts comme ils ont l'habitude de les voir lors des veillées funèbres", a-t-il ajouté.
"Pour les identifier, il faudra passer par des tests ADN qui vont être très longs. Ce sera non pas une question de jours mais sans doute une question de semaine voire de mois", a-t-il également dit.
Le préfet a par ailleurs confirmé qu'une cérémonie de recueillement était prévue mercredi au stade de Dillon, le principal complexe sportif de Fort-de-France, cérémonie organisée conjointement par la municipalité, les conseils régional et général ainsi que l'Etat
Les 152 passagers français et les 8 membres colombiens de l'équipage ont été tués mardi dans l'accident du biréacteur MD 82 de la compagnie charter colombienne West Carribean Airways qui assurait une liaison entre Panama et la Martinique
AFP

No comments: